Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 21:05
Essai Audi e-tron 50 Quattro

Le groupe VW lance son premier véhicule électrique sous la marque premium Audi. Tendance oblige, il s’agit d’un SUV : l’Audi e-tron (à prononcer à l’anglaise). Il vient en concurrence directe des Mercedes EQC et Jaguar I-Pace précédemment essayés.

 

L’Audi e-tron est plus long que ces deux rivaux européens ; il mesure 4,90m de long pour 1,94m de large.

Comme le Mercedes EQC, l’e-tron propose une carrosserie plus classique que le Jaguar I-Pace. Pour un profane, il est difficile de deviner qu’il s’agit d’un modèle électrique. Les seuls indices résident dans une calandre pleine ou l’absence d’échappement. L’Audi e-tron est l’un des premiers modèles commercialisés sur le vieux continent en grande série proposant des rétroviseurs extérieurs remplacés par des caméras. La traîné aérodynamique est ainsi réduite. Leur usage nécessite un léger temps d’accoutumance.

 

A bord, le SUV électrique d’Audi reprend le design de la planche de bord des dernières créations de la marque aux anneaux, Audi A7, A8 et Q8 en tête. L’e-tron propose donc trois écrans digitaux : le premier derrière le volant disposant d’un affichage personnalisable, le deuxième au centre affichant les paramétrages du véhicule et le GPS et le troisième permettant de régler la climatisation.

La qualité des matériaux et assemblages est un cran au-dessus de celle du Mercedes EQC.

L’espace disponible dans l’habitacle de l’Audi e-tron est aussi nettement plus généreuse qu’à bord du Mercedes EQC et proche de celui du Jaguar I-Pace. Le coffre offre un bon volume de 660 litres. Un second petit coffre est disponible à l’avant comme dans le Jaguar permettant le rangement des câbles de recharge. Le Mercedes est ici aussi battu.

 

Côté motorisation, ce premier Audi e-tron semble en retrait par rapport à ces rivaux. En effet, le Jaguar et le Mercedes annoncent plus de 400ch alors que la fiche technique de l’Audi affiche 360ch grâce à un moteur par essieu. C’est sans compter sur le mode boost  qui permet au conducteur de disposer de 408ch pendant 8 secondes. L’exercice du 0km/h à 100km/h est ainsi réalisé en 5.7 secondes. Au volant, l’écart avec le Mercedes EQC – 0 à 100km/h en 5,1 secondes - est ainsi faible. Le Jaguar, quant à lui, prend l’avantage en accélération.

 La question incontournable concernant les véhicules électriques porte sur l’autonomie. En théorie, l’Audi e-tron annonce une autonomie de 400km proche des 414km du Mercedes EQC. Ces deux modèles sont distancés par le Jaguar qui se targue de 480km d’autonomie. En condition de roulage réelle, l’Audi consomme moins que le SUV électrique de Mercedes. Toutefois, l’EQC se rattrape en ayant une meilleure régénération d’énergie que l’e-tron ou l’I-Pace.  

Les temps de recharge sur des chargeurs domestiques sont semblables pour les trois véhicules.

 

L’Audi e-tron reprend l’avantage en terme de confort de suspension. L’écart est sensible par rapport au Mercedes EQC et très net lors de la comparaison avec le Jaguar I-Pace.

De plus, grâce à sa suspension à hauteur variable et à diverses aides électroniques, l’Audi e-tron a de belles aptitudes de franchissements. Cependant le régulateur de vitesse en descente est moins agréable que ce que propose le groupe Jaguar Land Rover sur ces véhicules. L’e-tron est effectivement victime d’à-coups.

 

Les équipements disponibles  en série ou option sur les trois modèles sont similaires.

A 82 600 €, le prix d’appel de l’Audi e-tron est plus élevé que celui que celui de ces rivaux européens.

 

L’Audi e-tron a donc de très bon argument à faire valoir face à ses rivaux directs mais les fait payer cher.

Essai Audi e-tron 50 Quattro
Essai Audi e-tron 50 Quattro
Essai Audi e-tron 50 Quattro
Partager cet article
Repost0

commentaires