Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 21:07

La DS3 est le premier maillon de la gamme DS de Citroën qui permet à la marque aux chevrons une entrée dans le segment des premium.

P7200463.JPG

Cette voiture voulue anti-rétro, comme le souligne la campagne publicitaire, s’attaque aux Mini et autre Fiat 500, logique vu leur réussite commerciale. Citroën a eu bien raison d’y croire vu les résultats de vente de sa petite citadine chic et branchée ; résultats qui dépassent largement les espérances de vente initiales avec plus de 140 000 ventes en moins de 2ans.

Pour cela la marque a travaillé la communication et les possibilités de personnalisation. Effectivement, de multiples combinaisons sont possibles en combinant les couleurs de carrosseries (au nombre de 11) les couleurs de toit (au nombre de 4), les couleurs des jantes et de cabochons de roue, celles des coques de rétroviseurs extérieurs, l’ajout de différentes pièces de chrome ou encore de stickers.

La DS3 veut donc porter haut les ambitions de Citroën dans le haut de gamme et se veut résolument moderne. Pour cela, la marque se donne-t-elle les moyens de ses ambitions ?

 

 

Carrosserie

Comme nous l’avons vu de très nombreuses combinaisons sont possibles pour personnaliser la voiture selon ses propres goûts. Vous pouvez ainsi opter pour un style plutôt viril pour monsieur ou bien féminin avec un toit rose.

Les lignes se veulent modernes et racées avec une allure générale de petite GT-chic. De face, vous remarquerez la signature lumineuse de la voiture avec les LED servant de feux diurne et ne restant malheureusement pas allumés de nuit (pour des raison de législation européenne) ainsi que la généreuse calandre à nid d’abeille dont le contour est chromé sur les finitions Sport-Chic et Ultra-Prestige.

La seconde signature de le DS3 apparait en voyant la voiture de profil. Il s’agit bien sûr du fameux aileron de requin placé entre les vitres avant et arrière qui ne touche pas le toit. Les designers ont ainsi donné une impression de toit flottant comme cela est le cas sur les DS des années 50 ou plus récemment sur la XM.

P7200469.JPG

A l’arrière, vous retrouverez l’esprit sportif avec un extracteur d’air, une double sortie d’échappement ou encore un becquet souligné d’un long bandeau rouge servant de troisième feux stop. L’appartenance à la gamme premium est marquée par les deux lettres DS très travaillées.

Pour résumer, le style de la voiture et la finition sont à la hauteur des ambitions de la marque que ce soit en ce qui concerne la peinture ou les ajustements réguliers. Elle n’a pas à craindre la concurrence.

 

 

Vie à bord

 

A l’intérieur, vous serez à l’abri des regards grâce aux vitres teintées. Les portes dotées d’un angle d’ouverture très grand autorisent un large accès à bord et vous permettent de vous installer dans des sièges confortables avec un grand maintient latéral. Il est facile de trouver sa position de conduite sportive idéale grâce aux amples  réglages des siège’ et de la direction. Ils sont de série habillés d’alcantara et de tissus mais il est possible de choisir parmi trois revêtements en cuir qui implique le chauffage de l’assise.

P7200467.JPGLa planche de bord, dont la couleur du bandeau centrale est au choix, est de très bonne facture. Les trois compteurs en relief et entourés d’un jonc de chrome sont extrêmement lisibles. La console centrale est l’entourage des poignés de porte revêtus d’une laque noire sont du plus bel effet. L’ergonomie générale est bonne et le GPS en option est assez intuitif.

L’accès à l’arrière est aisé grâce à des sièges avant qui s’avancent suffisamment et qui reprennent leur place initiale ce qui évitent de les régler à chaque fois qu’un passager s’installe à l’arrière. L’habitabilité y est bonne pour deux adultes (même si elle est homologuée pour 3personnes au total) et pour une voiture de cette catégorie. Il est cependant regrettable que le dessin de la banquette, rabattable en 2/3 1/3, soit si plat.

Le volume de coffre de 285L est appréciable pour deux personnes et sa découpe en facilite l’utilisation. Le coffre est le plus logeable de sa catégorie. Le seuil de chargement est cependant un peu haut.

 

 

La conduite

 

Dès la mise en route le moteur annonce la couleur avec un petit coup de gaz. La double sortie d’échappement émet alors un son roc.

La DS3 ici essayée est équipée du 1.6THP conçu conjointement par BMW et PSA. Il développe 156ch à 6000tr/min et un couple de 240Nm dès 1400tr/min pour un poids de 1165kg. Cela promet d’excellentes performances. Le 0 à 100km/h est en effet atteint en 7.3s et le 100m d’épart arrêté en 28.2s. Citroën annonce une vitesse maximum de 214km/h.

A la conduite, ces performances semblent tout à fait réalistes. Le moteur est linéaire et procure de bonnes sensations lors des accélérations. Il est tout aussi élastique qu’un diesel. Les 4 premiers rapports courts favorisent les accélérations alors que le cinquième et le sixième plutôt long favorisent la consommation ce qui n’est pas trop gênant sur autoroute.

La boite de vitesse est parfaitement guidée et verrouille bien les rapports. La direction à assistance électrique mérite aussi des éloges. Elle n’excède ni dans la lourdeur ni dans la légèreté et autorise une bonne précision de conduite sans faire remonter trop les déformations de la route.

La conduite agile et joueuse est un vrai régale pour son conducteur. Le comportement est sain et le véhicule s’inscrit bien en virage. Le passager sera un peu moins satisfait s’il est habitué au confort pullman de Citroën. En effet les suspensions sont plus typées plaisir de conduite sans pour autant se montrer désagréable contrairement à une Mini Cooper S. De plus, pour plus de stabilité, la voiture est équipée d’anti patinage et d’un ESP totalement déconnectable plus les plus sportifs.

Coté insonorisation, l’ambiance intérieur n’est dérangée que par le moteur au son travaillé et par les pneus Bridgestone typés sport. Les bruits d’air sont bien maitrisés.

 

Budget

 

P7200465.JPGLa version essayée est la Sport Chic 1.6THP. Il s’agissait du haut de gamme lors de la commercialisation. Elle est affichée à 21 350€ hors option. A cela il faut ajouter 500€ pour la peinture métallisée, 1150€ pour les sièges en cuir chauffants, 100€ pour les rétroviseurs chromés, 100€ pour le bandeau de planche de bord blanc, 950€ pour la navigation, l’hifi et le kit main libre Bluetooth. Il est possible de rajouter des adhésif sur le toit pour 400€ ou encore le roue de secours galette pour 80€.

Il est à noter que la voiture est déjà bien dotée de série avec entre autre une clim auto, une direction assistée, une peinture biton, des jantes 17’ de couleurs diamantées, des touches de chromes ça et là, des sièges en tissus et alcantara, un régulateur-limiteur de vitesse, un pédalier alu, de feus et essuie-glace auto, le rétroviseur intérieur électrochrome, le système eTouch qui permet entre autre de contacter les secours en cas d’accident…

La Citroën DS3 parait donc très bien situer en terme de tarif par rapport à une Mini Cooper S aux performances semblables et affichée à 24 400€ hors option.

Sur 9000km effectués, la DS3 a consommé en moyenne 7L d’essence, ce qui semble peu compte tenu des performances, d-autant plus que la consommation n’explose pas lors de grosse augmentation de rythme.

 

Conclusion

 

La DS3 semble donc pourvoir se poser en référence en Europe ce qui se confirme par les chiffres de vente enregistrés depuis le printemps 2010 et qui écrasent ceux des Mini concurrentes. Mais attention car le nombre des concurrentes va croitre dans les temps à venir notamment avec l’Audi A1 proposée en 3 et 5 portes ou encore l’arrivée de Renault sur le segment avec une voiture au design rappelant celui de la R5.

Bref, Citroën s’est donné les moyens de ses ambitions avec ce premier tome du retour dans le premium.

Partager cet article
Repost0

commentaires