Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 12:31
La nouvelle DS 9 (2020)

DS a dévoilé il y a peu sont porte étendard : le DS 9. DS ose s’affronter aux grandes berlines allemandes. En effet, il s’agit d’une grande berline de 4,93 m. de long.

 

La plupart des journalistes la positionne en rivale de l’Audi A4 ou A5. Cette DS 9 n’a en réalité pas peur de se positionner face à l’Audi A7. Les deux rivales mesurent la même taille au centimètre près. DS dote la DS 9 d’équipements ou de puissances de motorisations qui n’ont rien à envier à l’allemande.

 

Effectivement, côté équipements, le DS 9 reprend l’essentiel de ceux de la DS 7 Crossback : deux dalles digitales de 12 pouces, vision 360°, la vision de nuit grâce à une caméra à infrarouge, la conduite autonome de niveau 2 (régulation de la vitesse en fonction de la circulation et maintien dans la voie), commande vocale, clim tri zone, l’horloge BRM rétractable…

 

Le confort est assuré par la désormais fameuse et efficace suspension pilotée commandée par une caméra qui lit la route. A cela, DS ajoute de sièges arrière électriques, massants, chauffants et ventilés au quatre places pour des voyages en business class. L’espace aux jambes à l’arrière est royal.

Un large accoudoir central arrière permet d’accéder aux différents réglages et de brancher les périphériques à l’aide des deux prises USB intégrées.

 

En plus des différentes finitions, quatre ambiances intérieures seront disponibles : Rivoli, Bastille, Performance Line (Alcantara) et Opéra. Cette dernière proposera un habitacle revêtu intégralement de cuir NAPPA.

 

Côté motorisations, l’acheteur de DS 9 aura le choix entre thermique essence de 225ch ou trois niveaux de puissances hybrides, les E-Tense. La première disposera de 225ch cumulés et deux roues motrices avec un moteur thermique de 180ch et un moteur électrique ; les autres disposeront de 4 roues motrices, 300ch et 360ch. Pour arriver à ces puissances, DS dote sa DS 9 d’un moteur thermique de 200ch et de deux moteurs électriques de 100ch, un sur chacun des essieux.

 

La carrosserie de la DS 9 de coupé 4 portes est fluide et se permet un clin d’œil à la DS de 1955 avec les feux de position situés aux extrémités hautes de la lunette arrière rappelant les cornets de clignotants des premières DS.

L’avant est proche du DS 7 Crossback avec la grande calandre et les phares comptant quatre modules de LED directionnels chacun.  Le long capot est surmonté d’un sabre en alu comme les plus belles réalisations des carrossiers automobiles français de l’entre deux guerres.

Les flans de la DS 9 sont lices, seule une arrête court de l’avant à l’arrière du véhicule en partie haute. DS a choisi d’équiper les portes de poignées rétractables pour le style et l’aérodynamique.

L’arrière magnifique est plus travaillé. Nous y retrouvons les feux a écailles comme sur le DS 7 Crossback avec un lien en chrome entre eux créant une nervure. Un jonc de chrome soulignant les feux arrières se prolonge entre le pare choc et les ailes  donnant du dynamisme à l’auto.

 

DS ose et, dans l’attente de pouvoir l’essayer, cette DS 9 ne semble n’avoir rien à envier à l’Audi A7 Sportback ou Mercedes CLS. Mais que reste-t-il aux allemandes ?

La nouvelle DS 9 (2020)
La nouvelle DS 9 (2020)
La nouvelle DS 9 (2020)
Partager cet article
Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 17:21
Essai DS 7 Crossback 225 Grand Chic Opéra (2020)

La jeune marque automobile premium du Groupe PSA a mis les petits plats dans les grands concernant son premier SUV familial. En effet, dans l’habitacle les matériaux sont choisis, aluminium clou de Paris, cristal, montre BRM qui se retourne lors de la mise en route du DS 7, cuir Nappa recouvrant les sièges, contre-portes, une partie du tableau de bord et la console centrale. La finition est léchée. De ce côté-là, le DS 7 Crossback n’a rien à envier à ses concurrents allemands (Audi Q5, Mercedes GLC…) ou suédois (Volvo XC60).

 

Le DS 7 Crossback fait aussi le plein de technologies. Le SUV dispose ainsi de deux dalles numériques de plus de 12 pouces, l’une derrière le volant disposant d’un affichage personnalisable et la seconde tactile au centre de la planche de bord pour les différents réglages. De plus, son aspect est très qualitatif une fois le contact coupé.

Le DS 7 Crossback est aussi doté d’une climatisation bizone avec un réglage possible depuis les places arrière, de sièges avant électriques, massants, chauffants et rafraîchissants avec une longueur d’assise réglable avec une bonne amplitude.

Ce SUV embarque aussi en option la conduite semi-autonome de niveau 2. Le DS 7 Crossabck profite ainsi d’un régulateur de vitesse actif et du maintien dans la voie sans que le conducteur n’intervienne sur le volant. Celui-ci peut même choisir de positionner son DS 7 Crossaback au centre de la voie ou sur le côté afin de laisser un passage aux deux-roues qui remontent les files. Le système de conduite semi-autonome du DS 7 fonctionne extrêmement bien sur autoroute ou nationale et est bluffant dans les bouchons. C’est une option vivement conseillée à tout acheteur de DS 7 Crossback faisant de la route.

Le SUV premium peut aussi être équipé d’une multitude de caméra. L’une surveille l’attention du conducteur, une autre filmant la route de nuit affiche les potentiels obstacles. Quatre caméras vous aide aussi lors de vos manœuvres en projetant les quatre côtés du véhicule sur l’écran central.

Enfin une autre caméra scrute la chaussée ; elle la scanne afin de préparer le suspension pilotée au diverses déformations. Cette caméra n’intervient qu’en mode confort. Dans ce cas, le niveau de souplesse de la suspension est proche du système hydraulique de Citroën et est unique sur le segment. Effectivement, seules les Mercedes Classe S et autre BMW série 7 en sont dotées.

Le DS 7 Crossback propose plusieurs modes de conduite Eco, Normal, Confort et Sport. Les seuls mode que je juge utiles sont Confort et Sport. Il ne s’agit pas de gadget, les différences de tarage de suspension, de gestion de la boite de vitesse ou de l’accélérateur sont bien réels. Le mode Sport est en régal sur route sinueuse.

Très silencieux sur les trois premiers modes de conduite, le DS 7 Crossback émet un son via ses hauts parleurs en mode Sport. Celui-ci est certes artificiel mais n’est pas déplaisant.

 

Le DS 7 Crossback propose aussi des feux 100% LED d’une redoutable efficacité. Ils s’adaptent automatiquement à l’environnement de la voiture en temps réel et pivotent sur 180°. La conduite de nuit est un vrai plaisir.

Les feux arrière sont du plus bel effet avec leur style écaillé.

 

Côté carrosserie, il y en a pour tous les goûts. Le DS 7 Crossback revendique son positionnement premium en apposant beaucoup de chrome sur sa carrosserie. Personnellement, je trouve que cela lui va bien. Pour ceux qui n’aiment pas, DS propose de les remplacer par un plastique noir pailleté plus discret.

 

Sur la finition GrandChic, DS propose deux montes de pneumatiques du 19 pouces ou du 20 pouces, ces dernières dégradant légèrement le confort.

 

Qu’en est-il de la motorisation ? Le quatre cylindres essence de 225 chevaux et 300Nm de couple convient parfaitement au DS 7 Crossback. Il est silencieux et meut le SUV avec facilité. L’exercice du 80km/h à 120km/h est réalisé en 4,8 secondes. Doubler un camion est une formalité. De plus il est assez frugal. La consommation moyenne est de 8 litres aux 100km sur plus de 10 000 km parcourus.

La boite de vitesse automatique à huit rapports se fait totalement oubliée.

De plus, le chassis se montre équilibré et très efficace. Le conducteur prend un réel plaisir à conduire ce SUV.

 

Ce moteur essence convient mieux au DS 7 Crossback que le moteur BlueHDi de 180 chevaux, un peu trop rugueux.

 

Le DS 7 mesure 4.57m de long et 1.90m de large. Il est ainsi proche d’un Audi Q5 tout en proposant plus d’espace à bord pour les passagers et pour les bagages avec 555 litres.

 

L’entrée de DS Automobiles avec ce DS 7 Crossback dans l’univers des SUV premium est clairement une réussite. Cela se traduit par un succès commercial en France ; en janvier et février 2020, 3246 DS 7 ont été écoulés contre 738 Volvo XC60 et 620 Mercedes GLC.

 

Enfin pour parfaire le positionnement de son DS 7 Crossback, la marque livre en ce début d’année 2020 les premiers modèles hybride de 300 chevaux cumulés dans l’attente de la version à 360 chevaux.

C’est avec plaisir que je les essaierai…

Essai DS 7 Crossback 225 Grand Chic Opéra (2020)
Essai DS 7 Crossback 225 Grand Chic Opéra (2020)
Essai DS 7 Crossback 225 Grand Chic Opéra (2020)
Partager cet article
Repost0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 17:56
 DS 7 Crossback (2017).

DS, le nouveau constructeur premium du groupe PSA, commence à teaser sur son prochain SUV routier.

 

En effet nous communiquions déjà sur ce véhicule au mois d’août 2016 (http://lautomobile.over-blog.com/2016/08/la-prochaine-ds-le-ds-6.html). Les informations alors publiées se confirment.

Le directeur de la marque premium, M. BONNEFONT, a publié il y a peu sur Tweeter une photo à bord du DS 7 Crossback en promettant la suspension du 21ème siècle. Il s’agira effectivement d’une première sur le segment. DS proposera une suspension pilotée associée à une caméra placée derrière le rétroviseur central permettant de lire la route et ainsi de préparer la suspension aux déformations de la route.

 

Le DS 7 Crossback sera basée sur la plateforme EMP2 de PSA servant entre autre aux Grand C4 Picasso et Peugeot 3008. Il reprendra l’empattement du premier et les motorisations du second auquel il ajoutera une version essence THP de 210ch minimum et une hybride rechargeable de 300ch cumulés sur les quatre roues.

 

Pour luter contre ses concurrents allemands, Audi Q5 en tête, le DS 7 Crossback sera doté des dernières technologies : instrumentation numérique, grand écran central tactile, lecture des panneaux de route, conduite semi autonome…

 

La finition, déjà bonne sur le cousin le Peugeot 3008, grimpera encore d’un cran. Les matériaux d’excellente facture seront présents : cuirs Nappa, vrai bois, vrai aluminium ; il se murmure même que les passagers pourraient trouver à bord des inserts de granit.

 

Les phares avant et feux arrière seront effilés. A l’avant les LED seront pivotantes afin d’améliorer l’éclairage en virage et les LED arrière devrait reprendre le design écaillé des concept cars Divine DS et DS E-Tense.

La calandre DS Wings sera très imposante et encadrée par deux prises d’air.

La DS 7 Crossback mesurera environ 4,60m de long. Ces dimensions seront donc proche du Peugeot 5008 lancé à l’été 2017. Cependant le profile sera plus dynamique avec une lunette arrière beaucoup plus inclinée.

Le coffre sera autoclave avec un hayon intégrant les feux comme le Citroën C4 Picasso ou encore l’Audi Q5. Nous retrouverons aussi deux sorties d’échappement intégrée au pare-chocs arrière comme sur la DS 5.

 

Ce qui est aujourd’hui certain est la présentation au prochain salon automobile de Genève du 9 avril au 19 avril 2017. Ce que nous apprenons en plus ici est la possibilité de procéder à une pré-commande des l’ouverture du salon pour livraison en fin d’année 2017. L’unique inconnu reste le positionnement tarifaire. Il sera supérieur à celui d’un Peugeot 5008 mais sera-t-il plus proche de l’Audi Q3 ou Q5 ?

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 11:23
DS E-Tense de série.
DS E-Tense de série.
DS E-Tense de série.
DS E-Tense de série.

DS, la nouvelle marque premium française n’a pas fini de nous surprendre.

 

Rappelons-nous, en mars 2016, DS présentait au salon de Genève un concept-car répondant au nom de DS E-Tense.

 

Et dernièrement, DS a déposé le nom E-Tense non pas pour un modèle classique dans la gamme mais bien pour une super sportive qui viendra concurrencer l’Audi R8, oui nous lisons bien R8.

Le concept-car est doté d’une motorisation électrique de 402ch et 516Nm de couple. Afin d’obtenir les performances de sa concurrente l’Audi R8, la puissance du modèle de série devrait être revue à la hausse. Il reste à savoir si il s’agira d’une voiture 100% électrique ou d’une hybride rechargeable. En première mondial pour un véhicule de série, le moteur électrique pourrait être associé à une boite de vitesse comme la Formula E de l’écurie Virgin-DS à condition que la transmission résiste à l’arrivée brutale du couple.

 

La DS E-Tense reprendra la philosophie de l’Audi R8 ; elle aura des performances de première ordre tout en gardant un niveau de confort correct et en restant utilisable quotidiennement.

 

Coté design, le véhicule de série devrait reprendre les formes du concept-car E-Tense très appréciées du publique lors des différents salons.

 

Patience, la commercialisation de ce modèle étendard de la marque DS interviendra entre 2018 et 2021.

Un grand merci à M. Tavares, réel passionné d’automobile, qui n’est sans doute pas étranger à la validation du projet.

DS E-Tense de série.
DS E-Tense de série.
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 16:52
DS 4 Sport Chic, jante 19"

DS 4 Sport Chic, jante 19"

DS 4 Crossback Sport Chic
DS 4 Crossback Sport Chic

DS 4 Crossback Sport Chic

DS a revu sa compacte la DS 4 et en a fait deux modèles distincts : la DS 4 avec une garde au sol abaissée et la DS 4 Crossback. Cette dernière conserve la garde au sol de la DS 4 phase 1 et s’équipe d’éléments afin de lui donner un air de petit SUV : éléments en plastique sur les passages de roues, barres de toit alu, éléments noirs sur le pare-choc. Nous avons pu prendre en main les deux carrosseries de DS 4 dotées du même 2.0 HDi 180.

 

Sur la carrosserie, la marque premium n’a revu que la face avant de sa DS 4. Le bouclier, la calandre et les phares avant associant les LED et le xenon sont nouveaux. La calandre se prolonge dans les phares grâce au DS Wings et donne de la prestance au véhicule. En revanche le dessin du bouclier avant et quelconque.

L’arrière reste identique. Seule la mention Crossback apparaît en lettres noires sur l’enjoliveur de plaque sur la version baroudeuse.

 

A l’intérieur, nous notons simplement l’apparition d’un écran tactile regroupant nombres de commandes et permettant la suppression de commande via des boutons. Les plastiques sont de bonne qualité mais l’habitacle prend une présentation réellement très haut de gamme lorsque l’habitacle est entièrement recouvert de cuir Nappa disponible en deux teintes (option à 2 550€).

Les deux sièges avant sont électriques, massant et bien enveloppants. Il est aisé de trouver une bonne position de conduite. L’espace dévolu aux passagers avant ou arrière est bon pour la catégorie mais les vitres arrière sont fixes. Le coffre est de bonne contenance.

La DS 4 ne peut certes pas être dotée d’un toit panoramique mais elle dispose d’un pare-brise XL remontant très haut au dessus des têtes des occupants.

 

La DS 4 Crossback peut être associée à deux motorisations essences (1.2 Puretech 130, 1.6 THP 165) et (1.6 HDi 120, 2.0 HDi 180). La DS 4 « classique » y ajoute l’essence 1.6 THP 210 et le diesel 2.0 HDI 150.

La version essayée sur la DS 4 et la DS 4 Crossback est le 2.0 HDi de 180 chevaux obligatoirement couplé à une boite de vitesse automatique, l’EAT6. Cette boite est bien gérée. Elle n’hésite pas lors des passages de rapport, permet une conduite dynamique. Elle a peut de choses à envier à une boite à double embrayage telle que celle d’Audi et est nettement moins onéreuse à l’achat et à l’entretien.

Ainsi équipée, les DS 4 et DS 4 Crossback affiche de bonnes accélérations (8.6 secondes pour le 0 à 100km/h) et de bonne reprises permettant de doubler en toute sérénité. Les consommations sont bonnes avec 4.3l annoncés par le constructeur en cycle mixte et des emissions de CO2 de 113g/km.

Montée de jantes de 18 pouces lors de notre essai, la DS 4 Crossback s’est montrée très confortable. La DS 4 était quant à elle plus ferme mais prend moins de roulis permettant une conduite plus dynamique.

La direction est precise, la voiture s’inscrit bien en virage.

 

La finition de notre version d’essai, Sport Chic, est bien équipée et s’affiche à 38 480€ hors option contre 38 580€ pour la Crossback qui troque la sellerie cuir contre un sellerie mixte cuir/tissu.

De plus, DS pousse la personnalisation de sa berline en proposant dorénavant de sélectionner une carrosserie biton laissant le choix parmi 4 couleurs de toit.

 

Les DS 4 et DS 4 Crossback s’affichent comme de bonnes compactes premium qui mériteraient une petite mise à jour de l’équipement technologique pour répondre aux désires des plus exigeants.

Il convient à chacun de faire son choix en fonction de son type de conduite, la première privilégiant le plaisir de conduite et l’autre le confort. C’est avec cette version HDi ou avec les THP que la DS 4  et la DS4 Crossbak s’expriment le mieux.

 

DS 4 full cuir

DS 4 full cuir

DS 4 BVA EAT6

DS 4 BVA EAT6

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 15:08
DS 5 THP 210 Sport Chic (2016).
DS 5 THP 210 Sport Chic (2016).

DS 5 THP 210 Sport Chic (2016).

DS a restylé en 2015 son vaisseau amiral, la DS 5. Nous avons pu prendre en main la DS 5 THP 210 Sport Chic. Cet essai est-il convaincant ?

 

Lors de ce restylage, la marque premium du groupe PSA la revu la face avant de sa DS 5. Les chevrons ont disparu au profit d’une calandre donnant plus de prestance mais perdant un peu de son caractère original. Les DS wings de la calandre se prolongent dans les phares équipés de LED. Ceux-ci associent la technologie LED Xenon pour un maximum d’efficacité. La DS 5 adopte aussi des clignotants défilant à LED. En ce qui concerne le profil et l’arrière, la DS 5 conserve le sabre et son profil qui lui permet de se démarquer de la production premium européenne.

Les jantes de 18 pouces sont inédites et renforcent l’aspect dynamique de l’auto.

 

A bord, peu de changement. Nous retrouvons le cockpit type aviation avec les fameux toggle switches sur la console centrale et au pavillon. L’apparition de l’écran tactile au centre de la planche de bord a permis la suppression de 12 boutons ce qui permet une meilleur ergonomie. De plus l’affichage tête haute en couleur est toujours présent. Il est réglable et toujours lisible – quelque soit l’ensoleillement. 

Les sièges et la casquette de tableau de bord peuvent toujours être recouvert de cuir Nappa. Il s’agit du même cuir que celui proposé en option chez Bentley et issu d’élevages de bœufs sans barbelé afin d’éviter d’en abîmer la peau. Ce cuir à la confection bracelet de montre est facturé 1 750€ sur notre finition haut de gamme Sport Chic. Nous pouvons noté qu’un cuir plus classique dans le monde de l’automobile est livré de série. A cela s’ajoute la présence généreuse de vrai aluminium bien fini dont le choix entre 3 finitions est disponible.

A l’aide des sièges aux réglages dans de multiples directions, il est très aisé de trouver la bonne position de conduite. De plus le volant dispose d’un méplat dans sa partie basse, cela facilite la monté dans le véhicule. En outre, les sièges avant chauffants et le siège conducteur massant sont très appréciables.

L’espace disponible à l’avant est généreux et la console centrale haute permet d’éviter les gestes trop amples afin de manipuler les commandes. Ainsi le levier de vitesse tombe bien sous la main et sa commande est agréable. L’espace à l’arrière est correct et le volume de coffre dans la moyenne avec 468l.

L’habitacle est baigné de lumière de série grâce au grand toit panoramique scindé en trois.

 

La DS 5 est disponible en 3 motorisations diesels (1.6 HDi 120ch, 2.0 HDi 150ch, 2.0 HDi 180ch), un hybride diesel (200ch cumulés), et deux essences (1.6 THP 165ch et 1.6 THP de 210ch). C’est ici la version essence de 210 chevaux que nous avons choisi d’essayer.

Cette motorisation est uniquement disponible en traction et associée d’une boite de vitesse manuelle à 6 rapports. Parmi les motorisations essences, la seule disponible en boite de vitesse automatique est la version de 165ch. Cette BVA permet un compromis confort/performance de très bon niveau et fait oublier rapidement la BMP6 par sa douceur.

La version de 210ch est réellement plaisante à conduire sur les grands axes et les petites routes. La direction est précise ; elle permet de placer facilement le véhicule en virage. La tenue de route est remarquable et le compromis avec le confort est excellent même avec la monte pneumatique de 19 pouces (ce qui n’était pas forcement le cas des premières DS 5 dotées d’une suspension plus ferme).

Le THP 210 est élastique ; il reprend avec vigueur quelque soit le régime moteur ce qui évite d’avoir à jouer avec le levier de vitesse. Les vibrations sont absentes dans l’habitacle qui est très bien insonorisé.

Le principal reproche qui peut être fait lors des phases de conduite est la présence d’un épais montant de pare-brise qui peut être gênant. De même la vision vers l’arrière n’est pas optimale ce qui est partiellement compensé par la présence d’une caméra de recul de série.

Au regard de la puissance, les consommations sont très correctes avec une moyenne en 7l et 8l tout type de parcours confondus.

 

La DS 5 THP 210 Sport Chic est proposé à 40 900€ et atteint 47 250€ en full option. Le rapport prix/équipement est bon si nous la comparons aux productions allemandes qui certes proposent des options supplémentaires mais pour lesquelles la facture s’alourdit beaucoup plus vite.

De plus, DS permet une personnalisation sans limite sur la DS 5 via les commandes spéciales. Les seules bornes sont notre porte-monnaie.

 

Nous l’avons compris cette DS 5 n’a pas a avoir honte sur tous les tableaux face aux productions allemandes plus récentes. Si nous voulons opter pour les équipements derniers cris tels que le régulateur actif, la lecture des panneaux de signalisation, il faut attendre le prochain SUV DS qui sera de taille semblable à la DS 5 et présenté au salon de Genève en mars 2017.

 

DS 5, habitacle, cuir "bracelet de montre".
DS 5, habitacle, cuir "bracelet de montre".
DS 5, habitacle, cuir "bracelet de montre".

DS 5, habitacle, cuir "bracelet de montre".

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 13:08
DS 3 Performance (2016).
DS 3 Performance (2016).
DS 3 Performance (2016).
DS 3 Performance (2016).

DS 3 Performance (2016).

A l’occasion de son dernier restylage, la jeune marque premium française à revu sa sportive. Il ne faut plus l’appeler DS3 Racing mais DS 3 Performance. Nous sommes donc amener à nous demander s’il s’agit simplement d’un changement de dénomination. Pour cela nous avons pu prendre les commandes de cette DS 3 pimentée sur circuit et sur route.

 

De l’extérieur, le choix des combinaisons de couleur sur le DS 3 Performance est beaucoup plus large que sur la précédente DS3 Racing. La plus originale et celle qui correspond probablement le plus à l’état d’esprit de cette DS 3 Performance est sans doute la version Black Special recouverte d’une carrosserie noire mat et d’un toit Gold. Cependant si,selon votre utilisation, votre véhicule est soumis à de nombreux petits chocs, nous vous orientons plutôt vers une peinture classique métallisée ou nacrée. Les jantes 18 pouces de série sont du plus bel effet.

 

A l’intérieur, l’équipement est dans l’air du temps avec un écran tactile de 7 pouces regroupant le GPS et les commande de la radio. La voiture est aussi équipée d’une climatisation automatique, de radars avant et arrière, d’une caméra de recul, un régulateur de vitesse, du freinage automatique en dessous de 30km/h en cas de détection d’un obstacle, phares DS LED Vision, feux arrière 3D… Mais ce qui marque le plus à l’ouverture des portes est la présence des vrais baquets recouverts de cuir et d’alcantara.

 

Par rapport à la DS3 Racing, la DS 3 Performance gagne 6 chevaux avec un moteur développant 208ch et 300Nm de couple. Mais ce qui rend la conduite le plus efficace est l’adoption d’un différentiel à glissement limité type Torsen permettant d’optimiser la motricité en toutes circonstances. Pour une meilleure tenue de route, la caisse est abaissée de 15mm et les voies élargies (26mm à l’avant et 14mm à l’arrière).

Cette DS 3 Performance est un traction et dotée d’une boite de vitesse manuelle à 6 rapports. Par rapport à la Racing, la boite de la Performance a des rapports plus courts qui font certes perdre quelques km/h en vitesse de pointe mais permettent des relances plus rapides. De plus le couple de 300Nm évite de devoir à manipuler en permanence des levier de vitesse qui est agréable est conduite rapide.

En accélération et reprise cette DS 3Performance effectue le 0 à 100km/h en 6.2 secondes, 0 à 200km/h en 28 secondes, le 1000 mètres départ arrêté en 26.2 secondes et l’accélération de 100km/h à 140kmh en 4ème en 5.3 secondes. Peu de sportives de la catégorie ou de catégorie supérieur avec des puissances équivalentes font mieux. Seules les Mini John Cooper Works et Audi S1 ont de meilleurs chronos. Mais la DS 3 Performance est dotée d’un chassi plus rigide sans être pour autant inconfortable. Nous n’avons toute fois pas la douceur de touché de route d’une Citroën C3.

Les freins Brembo à 4 pistons et de 323mm à l’avant sont très efficaces et endurant. Il s’agit de freins qui équipés les Porsche 911 qui sont des références en terme de freinage.

La direction un peu lourde est précise ; elle permet de bien placer le véhicule en virage serré ou en chicane. Les pertes de motricité sont limitées grâce au différentiel à glissement limité. Cette DS 3 Performance n’est clairement pas une propulsion ; elle n’est pas sous vireuse et il est difficile de faire décrocher le train arrière. D’aucuns lui reprocheront de ne pas être suffisamment joueuse et d’autres la targueront de ne pas être piégeuse.

 

Clairement le mot d’ordre de cette DS 3 Performance est d’être avant tout efficace en toute circonstances.

 

Au regard des performances, la consommation est plus que raisonnable avec 5.4l en cycle mixte. L’émission de CO2 se limite à 125g par kilimètre.

 

Côté tarifs, la DS 3 Performance propose une entrée de gamme à 27 950€. Le prix de la DS 3 Performance Black Special full option s’établit à 34 750€ ce qui est nettement moins onéreux qu’une Mini JCW qui ne procure par plus de plaisir pour autant.

DS 3 Performance (2016), habitacle.
DS 3 Performance (2016), habitacle.

DS 3 Performance (2016), habitacle.

Partager cet article
Repost0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 12:49

Les nouveautés de DS Automobile se font attendre. En effet, mis à part les restylages des DS 3, DS 4 et DS 5 de ces derniers mois, aucun nouveau modèle n’a était présenté. Cela va être corrigé en 2017 avec le premier SUV lancé en Europe. Il devait prendre le nom de DS 6.et sera dévoilé sous forme d’un concept car au salon de Genève 2017 puis sous sa forme définitive au salon de Francfort pour être commercialisé dans la foulé. Que savons-nous de ce futur SUV ?

Son positionnement va surprendre la plus part des confrères journalistes. En effet beaucoup imaginent que ce véhicule fera face aux Audi Q3 et Range Rover Evoque. DS Automobile prépare en réalité un concurrent à l’Audi Q5 avec ce DS 6. Il sera certes un peu moins long que le Q5 mais proposera une habitabilité semblable.

Le DS 6 sera malgré tout très imposant grâce à un capot horizontal, une grosse calandre « double wings » englobant l’emplacement de la plaque d’immatriculation et de grandes entrées d’air sous les phares. Ces derniers seront réduits à une toute petite surface horizontale et utiliseront la technologie 100% LED directionnels. Cette face avant sera donc proche de celle du concept car E-Tense.

De profil, le capot sera plus long que celui d’une DS 5 et les surfaces vitrées seront réduites comme sur les productions allemandes (rivales désignées). La ligne de caisse devrait formée une vague au niveau du passage de roue arrière et de la custode. Les passages de roues avant et arrière seront marqués par des élargisseurs d’aile en plastique pour connoter l’esprit SUV. Espérons qu’il sera possible de les choisir de couleur carrosserie à la commande pour un effet un peu plus haut de gamme. En outre des jantes de grand diamètre seront proposées. DS Automobile étudie aussi la possibilité d’opter pour des poignées de porte rétractables comme sur les Aston Martin ou Jaguar F-Type, donnant ainsi un aspect épuré et high-tech.

A l’arrière, la lunette sera réduite à sa plus simple expression compensée par une caméra de recul. Cela laisse penser que le coffre aura un bon volume d’un minimum de 500L. Les feux seront concaves et reprendront l’effet émaillé des concepts cars Divine et E-Tense si l’industrialisation le permet. Nous retrouverons aussi les doubles sorties d’échappement comme sur la DS 5.

L’intérieur se voudra très haut de gamme avec les fameux sièges bracelet de montre dont le design devrait toutefois être modernisé. Comme sur la DS 5, le conducteur sera séparé des passagers par une console centrale imposante futuriste et recouverte de matériaux de très bonne qualité. Toutes les technologies modernes seront disponibles avec entre autre la conduite semi-autonome dès 2018. L’habitabilité devrait être bonne pour la catégorie ce qui est indispensable pour un succès sur le marché chinois, l’une des cibles du SUV DS 6.

Coté technique, le DS 6 reposera sur la plateforme EMP2 de PSA commune aux Citroën C4 Picasso, Peugeot 308 et nouveau 3008 ce qui laisse supposer une excellente tenue de route. De plus ce futur SUV inaugurera chez PSA une toute nouvelle suspension pneumatique présageant d’un très bon rapport tenue de route/confort. Effectivement, les suspensions des prochains modèles de DS Automobile seront plus souples que sur les véhicules actuels sans perdre pour autant en efficacité.

L’offre moteur sera généreuse. Nous retrouverons ainsi les moteurs essences 1.2 Pure Tech de 130ch, les 1.6 THP de 165ch et 210ch. Pour les diesels seront présents le prochains 1.5 HDI de 130ch et les 2.0 HDI de 150ch, 180ch et 210ch. La plus part de ces moteurs pourront être dans un premier temps associés à une boite de vitesse manuelle ou automatique EAT6 voir EAT7 puis plus tard à une boite de vitesse automatique à double embrayage. Une version plus puissante du 1.6 THP n’est pas à exclure, Carlos Tavares souhaitant une multiplication des versions sportives sur les prochains véhicules commercialisés dans le groupe PSA.

En outre une version hybride essence devrait être commercialisée sur le DS 6 dans le courant de l’année 2018 avec une puissance cumulée d’un minimum de 300ch. Le(s) moteur(s) électrique(s) devrait(ent) entraîner les roues arrières transformant le DS 6 en 4 roues motrices. Le SUV DS 6 ne reprendra donc pas l’Hybrid4 diesel de la DS 5 pénalisée par boite de vitesse robotisée.

En ce qui concerne les tarifs, ce SUV DS 6 devait débuter à 29 000€.

Nous l’avons compris, ce prochain DS 6 est très prometteur et sera un réel concurrent de l’Audi Q5 tout en étant moins coûteux. Il sera le premier véhicule 100% DS et ouvrira le marché des SUV à la marque DS Automobile dès le second semestre 2017 avant l’arrivée en 2018 du petit SUV sur la base de la prochaine DS 3.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 18:01

DS expose au salon la nouvelle version de la DS 3 qui s’est offert un coup de jeune cet été.DS 3 Sport Chic (1)

 

Les moins férus de la gamme DS 3 remarqueront la nouvelle signature lumineuse avec des projecteurs avant dotés de la technologie LED et Xénon et de nouveaux indicateurs de direction défilants. Grace à cette technologie, le flux lumineux est puissant, large et homogène pour plus de visibilité et de confort lors des trajets de nuit et la DS 3 consomme moins d’énergie : économie de 35% en feux de croisement et 75% en feux de route. De plus les LED ont une durée de vie 20 fois supérieure à celle d’une lampe halogène.DS 3 Sport Chic (2)DS 3 Sport Chic (4)DS 3 R

 

Ceux qui connaissent un peu plus la gamme DS 3 noteront la présence de nouvelles jantes de 17 pouces et la possibilité de graver au laser les monuments emblématiques de Paris sur la planche de bord sur la vitre latérale arrière.

 

Coté sécurité cette DS 3 est équipée en série sur les niveaux de finition supérieur – SportChic et UltraPrestige – d’un système de freinage d’urgence nommé Active City Brake. Ce système fonctionnant grâce à des capteur laser courte porté placés en haut du pare-brise permettent d’éviter les accrochages en ville en stoppant la voiture lorsqu’elle roule à moins de 30km. Cette technologie est une première sur une voiture française.

 

Enfin la DS 3 se dote de nouvelle motorisation BlueHDi 100 et BlueHDi120 plus performants, moins gourmands en carburant et moins polluants. Il respectent déjà les prochaines normes antipollution les plus strictes à l’aide d’un additif rechargé à chaque révision.

Coté essence le 1.6THP passe à 165ch. et nous notons l’apparition du 1.2PureTech 3cylindres de 110ch. qui pousse le 1.6VTI vers la porte.

Les 1.2PureTech 82, THP202, HDi70 et e-HDi90 restent au programme.

 

Bref, cette DS 3 n’est pas un nouveau modèle mais s’est mis à jour dans l’attente d’une toute nouvelle DS 3 reprenant beaucoup d’éléments au concept Divine DS – lire l’article dédié - en 2017

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 13:42

Ça y est, DS est désormais une marque à part entière. DS est certes toujours dans le giron de PSA mais elle va pouvoir développer ses propres modèles qui ne seront donc plus de simples déclinaisons de véhicules de la gamme Citroën.

 

Et le concept car Divine DS présenté au Mondial de l’Auto de Paris 2014 en est la première illustration. Dans sa conception d’un nouveau modèle les concepteur DS pensent désormais à développer un modèle mondial et Divine DS reprend les codes stylistiques de toutes les prochaines DS qui seront commercialisées dans les cinq années à venir à travers le monde mais Divine DS est le premier concept car de la marque doté d’une silhouette et de dimensions pensées pour le marché européen.DS Divine (4)

 

Divine DS n’annonce pas la future DS 4 mais laisse apparaitre les gênes des prochains modèles de la marque DS. Ils redéfiniront, affirmeront leur identité et devront être les ambassadeurs du luxe à la française dans le monde de l’automobile.DS Divine (3)

Ainsi la face avant de Divine DS sera déclinée sur tous les modèles à venir à commencer en 2017 par les deux remplaçants de la DS 3 – un break de chasse trois portes et un petit cross-over à cinq portes – et sur un SUV concurrent de l’Audi Q5. Nous retrouverons donc sur ces trois voitures un capot qui ne sera plus plongeant mais horizontal, une grande calandre verticale soulignée par trois entrées d’air et des phares à LED et laser sous forme de bandeaux posés sur un jonc chromé provenant de l’encadrement de la calandre. Cette face avant musclée aura pour rôle de donner de la prestance aux véhicules DS et une sensation de solidité.DS Divine (7)

DS Divine (6)L’arrière quant à lui est plus un laboratoire d’idées même si les feux bandeaux encadrés de chrome avec un liseré débordant sur les ailes seront repris sur la prochaine DS 3 trois portes. Il semble ainsi peu probable que les prochains modèles DS soient privés de lunette arrière au profit d’une caméra de recul projetant les images sur un écran remplaçant le rétroviseur central. Ce système permet de remplacer la lunette arrière par des ailettes mobiles permettant tour à tour d’économiser du carburant ou de freiner le véhicule en se relevant à la vertical. Soit dit en passant, ces ailettes évoquent le capot moteur des Lamborghini actuelles.DS Divine (1)

 

L’accès à bord se fait par de spectaculaires portes avant à ouverture en élytre – qui ne seront pas reprisent en série - et des portes arrière à ouverture antagoniste. Nous retrouvons à bord de cette Divine DS quatre sièges baquets recouvert d’un cuir premium modernisant le thème bracelet de montre cher à la marque DS.

Le tableau de bord et la console centrale se veulent très futuristes et seront repris sur les remplaçants des l’actuelle DS 3. Les informations relevant de la conduite sont projetées sur une lame en verre au dessus du volant tandis que les autres informations sont présentes sur un écran tactile prenant la place du rétroviseur central. Cela permet de réduire au minimum le nombre de commandes et d’épurer le style.DS Divine (2)

Notons que trois ambiances sont disponibles et interchangeables en quinze minutes avec des ambiances plus ou moins typées sportives ou luxueuses. DS appelle cela l’hypertypage qui va bien au-delà de la personnalisation à la commande du véhicule en concession.

La finition apparait de très haut niveau sur ce concept cat Divine DS

 

Nous l’aurons compris cette Divine DS n’annonce pas un modèle tel quel mais les orientations que vont prendre les futures modèles de la marque DS avec un bon nombre d’innovations que nous allons très vite retrouver sur les véhicules de série de cette seule marque française premium. DS nous annonce donc un futur alléchant.

Partager cet article
Repost0