Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 22:28
Essai Jaguar I-PACE 2019

Le Jaguar I-Pace (à prononcer « aïe païsse » pour ne pas le confondre avec la E-Pace) est le tout premier véhicule Jaguar 100% électrique. Il a aussi été le tout premier véhicule premium à venir concurrencer Tesla. Bien que Jaguar soit une mythique firme automobile de luxe anglaise, cette Jaguar I-Pace n’est pas fabriquée en Grande-Bretagne mais en Autriche.

 

Le design extérieur de l’I-Pace se veut clairement original. Il se démarque du reste de la production automobile. Le capot est court et creusé afin de guider le flux d’air et favoriser l’aérodynamisme de l’auto.

 

Long de 4,68m, cet I-Pace rejette ses roues aux quatre coins et dispose du même empattement que le grand Range Rover – 2,99 m. Cela lui permet donc d’offrir une excellente habitabilité aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Ce sentiment est accru par l’immense toit vitré fixe recouvrant l’intégralité du pavillon. Il s’agit d’une option à 1 291 €.

La modularité est classique avec une banquette 2/3 – 1/3. Le Jaguar I-Pace bénéficie ainsi d’un plancher plat une fois les dossiers de banquette rabattus. Le coffre propose une bonne contenance minimum de 656 litres.

 

Eu égard au positionnement haut de gamme du Jaguar I-Pace, la finition de souffre pas de critique. Elle est même un ton au-dessus du Mercedes EQC (essayé précédemment http://lautomobile.over-blog.com/2019/09/essai-mercedes-eqc-400-4-matic-2019.html) et surclasse largement les Tesla. Effet, les cuirs sont de bonne qualité et les ajustements sont précis.

La présentation intérieure est originale avec sa très grande planche de bord inclinée. Cela ajoute encore à la sensation d’espace à bord. Comme beaucoup de modèles actuels, notamment chez les cousins Land Rover, le Jaguar I-Pace dispose de trois écrans, l’un derrière le volant pourvu d’un affichage personnalisable, le deuxième au sommet de la planche de bord affichant les GPS et les paramétrage du véhicule, et le troisième plus bas au centre de la console permettant de régler la climatisation.

 

Technologiquement, le Jaguar I-Pace dispose de ce qui se fait de toute la panoplie actuelle (affichage tête haute, sièges chauffants et ventilés réglables électriquement, climatisation multi zone, suspension pneumatique…). L’I-Pace va même jusqu’à prévenir les occupants de l’éventuelle arrivée d’un véhicule lorsqu’ils s’apprêtent à ouvrir la porte depuis l’intérieur.

De plus, le Jaguar I-Pace offre la plus part des équipements de franchissement disponibles sur la gamme Range Rover. L’I-Pace peut ainsi s’aventurer en off-road sans soucis et franchir des gués de 50 cm de profondeur.

 

Sur route, le confort de suspension et des sièges est ferme même avec l’option suspension pilotée à 2 702 €. Cela était probablement amplifié par les jantes de 22 pouces dont était doté notre Jaguar I-Pace.

La tenue de route est très bonne. Aucune perte de contrôle n’est à déplorer lors de slalomes à vitesse élevée ou lors d’évitements réalisés sur circuit. Le Jaguar I-Pace se révèle agile au regard de son poids important dû aux batteries embarquées – 2,208 kg. Cette agilité est favorisée par le fait que les batteries soient logées dans le plancher. L’I-Pace bénéficie ainsi d’un centre de gravité plus bas que les SUV classiques. En outre, la répartition des masses est excellente : 50/50.

Les 400 chevaux et les 396 Nm de couple du Jaguar I-Pace autorisent des accélérations réellement franches ; la sensation de puissance est encore plus présente qu’à bord du Mercedes EQC de 408 chevaux. Les chiffres en attestent, le 0 à 100 km/h est atteint en 4,8 secondes par le Jaguar EQC contre 5,1 secondes par le Mercedes EQC. En conduite dynamique, le Jaguar est nettement plus performant.

 

Les batteries du Jaguar I-Pace ont une capacité de 90 kWh. Jaguar annonce un rechargement à 80% en 40 minutes via une borne de 100kWh. Ce chiffre semble excellent, seul problème, aucune borne de 100kWh n’est disponible en France.

Le territoire français dispose toutefois des bornes de 50kWh, cela autorise un temps de rechargement à 80% en 1h25 et à 100% en 1h45.

En outre, Jaguar propose d’installer à domicile une borne de 7kWh contre 1 490 €. Le temps de recharge à 100 % est alors de 12 heures pour un coût de 12 € environ selon le fournisseur d’électricité.

La recharge via une prise classique prend une quarantaine d’heures.

 

Les batteries de 90kWh pleines, Jaguar annonce une autonomie de 480 km. Seulement les deux moteurs de 200 chevaux et 348 Nm de couple chacun, un par essieu, sont gourmands. En réalité avec le pied souple, une moyenne de 380 km par plein est réalisable. En conduite soutenue ou sur autoroute, l’autonomie tombe à 260 km. La consommation est alors supérieure à 30kWh aux 100 km.

Afin de prolonger l’autonomie, il est possible de régénérer de l’énergie via les palettes au volant selon deux modes. Il devient alors possible de gérer la conduite du Jaguar I-Pace uniquement avec la pédale d’accélérateur.

 

En version de base, le Jaguar I-Pace débute à un peu plus de 78 000 €, c'est-à-dire à un tarif comparable au Mercedes EQC 400 4-Matic. La version haut de gamme bardée d’option peut allégrement dépasser les 100 000 €.

 

Le Jaguar I-Pace est donc une très bonne automobile électrique pour qui recherche un véhicule « propre », dynamique et spacieux à condition d’avoir un porte-monnaie le permettant.

Essai Jaguar I-PACE 2019
Essai Jaguar I-PACE 2019
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 18:19

Les médias en ont beaucoup parlée ces derniers mois mais la Jaguar F-Type R Coupé est exposée pour la première fois au salon de l’automobile de Paris.

Elle vient se poser en concurrente directe des Aston Martin V8 Vantage et autre Mercedes AMG GT et en alternative à la plus célèbre des Porsche, la 911.

 

La jaguar F-Type coupé fait un clin d’œil à son alleu la Type E des années 60 avec son capot moteur interminable et au travers du dessin de ses feux arrière.Jaguar F-Type R (2)

Elle est pour l’instant déclinée en trois motorisations essence : deux V6 de 340ch. et 380ch. et un V8 de 550ch. C’est cette dernière nommée Jaguar F-Type R coupé qui est présente sur le stand Jaguar du mondial de l’auto de Paris 2014.

 Les vocalises de ce moteur et les borborites aux levés de pied raviront les plus mélomanes.

La Jaguar F-Type R Coupé est obligatoirement associée à une boite de vitesse automatique à simple embrayage certes moins rapide qu’une PDK de Porsche mais bien plus agréable et réactive que celle d’une Aston Martin. En bref, le moteur et la boite de cette Jaguar F-Type R Coupé forment un beau duo.

Coté performance, cette Jaguar F-Type R Coupé se rapproche des chronos d’une Porsche 911 Carrera S avec un 0 à 100km/h abattu en 4.3secondes et une vitesse maximum autolimitée de 300km/h.

 

L’habitacle est au premier coup d’œil original mais les aérateurs qui sortent au-dessus du GPS lors de la mise du contact semblent un peu gadget.

Les cuirs paraissent de bonne facture et les revêtements carbone ou laqué noir façon piano donnent bonne impression. Cependant à y regarder de plus près la finition est un peu juste et les plastiques de la partie inférieure de l’habitacle sont de mauvaise qualité au regard du prix demandé.

La console centrale de la Jaguar F-Type R Coupé est imposante mais on ne se sent pas trop confiné contrairement à la sensation laissée par l’habitacle d’une Aston Martin V8 Vantage.Jaguar F-Type R (1)

 

Dans cette Jaguar F-Type R Coupé la suspension est raffermie par rapport aux modèles équipés des autres motorisations. Résultat la F-Type R ne prend pas trop de roulis mais rebondit sur les routes bosselées. De plus, la jaguar est assez lourde, elle est donc bien moins vive et réactive qu’une Porsche 911, ce qui nuit aux performances sur route fermée. Ce poids oblige à prendre l’option freins carbone-céramique à 9 770€ – obligeant alors le recours aux jantes forgées – pour qui veut une utilisation sur circuit.

 

Cela nous conduit donc au tarif. Le prix de base de la F-Type R des 550ch. s’établit à 104 800€, l’addition est donc moins lourde que celle des la concurrence Mercedes AMG GT en tète mais il faut recourir aux options pour avoir un bon niveau d’équipement.

 

Nous l’avons compris, cette Jaguar F-Type R n’est pas une pure super-sportive. Elle se dresse plus comme une GT somptueuse, homogène et facile à vivre. Elle devrait donc détourner les clients des Aston Martin V8 Vantage qui monteront à son bord avant de signer le bon de commande.

Partager cet article
Repost0