Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 15:53
Mercedes Classe E (2016)
Mercedes Classe E (2016)
Mercedes Classe E (2016)

Mercedes Classe E (2016)

Après avoir lancé la 10ème génération de Clase E, Mercedes développe sa gamme. Dotée initialement de 3 motorisations, la Mercedes Classe E en reçoit 7 nouvelles et voit ses tarifs sensiblement diminuer.

Aucune modification n’apparaît au niveau stylistique ou technologique mis à par l’arrivée de la transmission intégrale 4Matic sur la motorisation essence 4 cylindres E 200 de 184ch. Comme tous les autres constructeurs Mercedes développe de downsizing sur sa grande berline. Cela consiste à diminuer la cylindrée des moteur et donc la consommation et les émissions polluantes tout en conservant le puissance d’un plus gros moteur. Ainsi apparaissent deux autres 4 cylindres essence sur la Mercedes Classe E en lieu et place de 6 cylindres. Il s’agit du E 250 de 211ch et du E 300 de 245ch. Débarquent aussi un moteur de 333ch sur le E 400 4Matic et un V8 de 401ch sur la sportive Mercedes-AMG E 43 4Matic en attendant la surpuissante Mercedes-AMG E 63.

Coté diesel, après la commercialisation des E 220 d de 194ch et de E 350 d de 258ch au lancement, Mercedes nivelle par le bas avec la sortie de la E 200 d de 150ch.

Enfin pour ravir les plus écologiques, Mercedes propose désormais une version hybride (E 350 e) associant le moteur essence de 211ch de la E 250 et un moteur électrique de 88ch pour une puissance cumulée de 280ch.

En essence le prix d’entrée de gamme est moins cher de 2600€ en s’établissant à 44 750€. Sur la E 220 d les prix baissent de 1 400€ et de 2 600€ sur la E 350 d. Mercedes souhaite ainsi élargir son panel de clients. Vous pourrez découvrir la liste des prix ci-dessous.

Mercedes Classe E Essence :

Mercedes E 200 : 44.750€
Mercedes E 200 Executive : 49.150€ (+ 5.000€ en 4Matic)
Mercedes E 200 Sportline : 51.650€ (+ 5.000€ en 4Matic)
Mercedes E 200 Fascination : 58.250€ (+ 5.000€ en 4Matic)

Mercedes E 250 : 49.500€
Mercedes E 250 Executive : 53.900€
Mercedes E 250 Sportline : 56.400€
Mercedes E 250 Fascination : 63.000€

Mercedes E 300 Executive : 56.500€
Mercedes E 300 Sportline : 59.000€
Mercedes E 300 Fascination : 65.600€

Mercedes E 400 4Matic Executive : 67.900€
Mercedes E 400 4Matic Sportline : 70.400€
Mercedes E 400 4Matic Fascination : 77.000€

Mercedes-AMG E 43 4Matic : 81.400€

Mercedes Classe E Hybride :

Mercedes E 350 e Executive : 65.500€
Mercedes E 350 e Sportline : 68.000€
Mercedes E 350 e Fascination : 74.600€

Mercedes Classe E Diesel :

Mercedes E 200 d : 45.100€
Mercedes E 200 d Executive : 49.500€
Mercedes E 200 d Sportline : 52.000€
Mercedes E 200 d Fascination : 58.600€

Mercedes E 220 d : 49.200€
Mercedes E 220 d Executive : 53.600€
Mercedes E 220 d Sportline : 56.100€
Mercedes E 220 d Fascination : 62.700€

Mercedes E 350 d Executive : 62.500€
Mercedes E 350 d Sportline : 65.000€
Mercedes E 350 d Fascination : 71.600€

Mercedes Classe E, habitacle (2016)

Mercedes Classe E, habitacle (2016)

Partager cet article
Repost0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 14:51
Teaser Maybach Coupé

Teaser Maybach Coupé

Maybach est une marque automobile qui parle très peu au grand publique. Il s’agit d’un constructeur automobile de très grand luxe, filial du groupe Daimler Benz, qui était à son apogée avant la seconde guerre mondiale. Mercedes a essayé de relancer Maybach dans les années 2000 avec deux limousines concurrentes des Rolls-Royce Phantom sans succès.

Depuis 2 ans, Maybach est devenue une simple déclinaison très haut de gamme de Mercedes S500 et S600 rallongée. Il s’agit de véhicules richement doté et d’un très grand raffinement, même si le sentiment de luxe n’atteint pas celui ressenti à bord d’une Rolls-Royce.

Aujourd’hui, la marque Maybach nous présente une mystérieuse photos d’un long coupé de 6 mètre de long et promet de dévoiler l’intégralité du véhicule au prochain concours d’élégance de Pebble Beach aux Etats-Unis le 21 Août prochain. Ce qui nous saute aux yeux, c’est avant tout cet interminable capot. La silhouette apparaît très équilibrée et fait immédiatement penser à une AMG-GT allongée. Cela laisse supposer un poids très important d’autant plus que l’équipement risque d’être conséquent. Espérons que la motorisation sera conséquente et que Mercedes osera produire ce prestigieux coupé en petite série. Rendez-vous le 21 Août 2016…

Partager cet article
Repost0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 12:49

Les nouveautés de DS Automobile se font attendre. En effet, mis à part les restylages des DS 3, DS 4 et DS 5 de ces derniers mois, aucun nouveau modèle n’a était présenté. Cela va être corrigé en 2017 avec le premier SUV lancé en Europe. Il devait prendre le nom de DS 6.et sera dévoilé sous forme d’un concept car au salon de Genève 2017 puis sous sa forme définitive au salon de Francfort pour être commercialisé dans la foulé. Que savons-nous de ce futur SUV ?

Son positionnement va surprendre la plus part des confrères journalistes. En effet beaucoup imaginent que ce véhicule fera face aux Audi Q3 et Range Rover Evoque. DS Automobile prépare en réalité un concurrent à l’Audi Q5 avec ce DS 6. Il sera certes un peu moins long que le Q5 mais proposera une habitabilité semblable.

Le DS 6 sera malgré tout très imposant grâce à un capot horizontal, une grosse calandre « double wings » englobant l’emplacement de la plaque d’immatriculation et de grandes entrées d’air sous les phares. Ces derniers seront réduits à une toute petite surface horizontale et utiliseront la technologie 100% LED directionnels. Cette face avant sera donc proche de celle du concept car E-Tense.

De profil, le capot sera plus long que celui d’une DS 5 et les surfaces vitrées seront réduites comme sur les productions allemandes (rivales désignées). La ligne de caisse devrait formée une vague au niveau du passage de roue arrière et de la custode. Les passages de roues avant et arrière seront marqués par des élargisseurs d’aile en plastique pour connoter l’esprit SUV. Espérons qu’il sera possible de les choisir de couleur carrosserie à la commande pour un effet un peu plus haut de gamme. En outre des jantes de grand diamètre seront proposées. DS Automobile étudie aussi la possibilité d’opter pour des poignées de porte rétractables comme sur les Aston Martin ou Jaguar F-Type, donnant ainsi un aspect épuré et high-tech.

A l’arrière, la lunette sera réduite à sa plus simple expression compensée par une caméra de recul. Cela laisse penser que le coffre aura un bon volume d’un minimum de 500L. Les feux seront concaves et reprendront l’effet émaillé des concepts cars Divine et E-Tense si l’industrialisation le permet. Nous retrouverons aussi les doubles sorties d’échappement comme sur la DS 5.

L’intérieur se voudra très haut de gamme avec les fameux sièges bracelet de montre dont le design devrait toutefois être modernisé. Comme sur la DS 5, le conducteur sera séparé des passagers par une console centrale imposante futuriste et recouverte de matériaux de très bonne qualité. Toutes les technologies modernes seront disponibles avec entre autre la conduite semi-autonome dès 2018. L’habitabilité devrait être bonne pour la catégorie ce qui est indispensable pour un succès sur le marché chinois, l’une des cibles du SUV DS 6.

Coté technique, le DS 6 reposera sur la plateforme EMP2 de PSA commune aux Citroën C4 Picasso, Peugeot 308 et nouveau 3008 ce qui laisse supposer une excellente tenue de route. De plus ce futur SUV inaugurera chez PSA une toute nouvelle suspension pneumatique présageant d’un très bon rapport tenue de route/confort. Effectivement, les suspensions des prochains modèles de DS Automobile seront plus souples que sur les véhicules actuels sans perdre pour autant en efficacité.

L’offre moteur sera généreuse. Nous retrouverons ainsi les moteurs essences 1.2 Pure Tech de 130ch, les 1.6 THP de 165ch et 210ch. Pour les diesels seront présents le prochains 1.5 HDI de 130ch et les 2.0 HDI de 150ch, 180ch et 210ch. La plus part de ces moteurs pourront être dans un premier temps associés à une boite de vitesse manuelle ou automatique EAT6 voir EAT7 puis plus tard à une boite de vitesse automatique à double embrayage. Une version plus puissante du 1.6 THP n’est pas à exclure, Carlos Tavares souhaitant une multiplication des versions sportives sur les prochains véhicules commercialisés dans le groupe PSA.

En outre une version hybride essence devrait être commercialisée sur le DS 6 dans le courant de l’année 2018 avec une puissance cumulée d’un minimum de 300ch. Le(s) moteur(s) électrique(s) devrait(ent) entraîner les roues arrières transformant le DS 6 en 4 roues motrices. Le SUV DS 6 ne reprendra donc pas l’Hybrid4 diesel de la DS 5 pénalisée par boite de vitesse robotisée.

En ce qui concerne les tarifs, ce SUV DS 6 devait débuter à 29 000€.

Nous l’avons compris, ce prochain DS 6 est très prometteur et sera un réel concurrent de l’Audi Q5 tout en étant moins coûteux. Il sera le premier véhicule 100% DS et ouvrira le marché des SUV à la marque DS Automobile dès le second semestre 2017 avant l’arrivée en 2018 du petit SUV sur la base de la prochaine DS 3.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 11:40
Cout de coeur et meilleure surprise su salon: le JAGUAR F-PACE
Planche de bord
Planche de bord

C’est une première pour Jaguar : la commercialisation d’un SUV. Pour cela, la marque s’appuie sur la plateforme du groupe Tata, celle des derniers Land Rover. Alors ce nouveau venu est-il à la hauteur des SUV premium Mercedes GLC et Porsche Macan en tête ?

En arrivant sur le stand Jaguar du salon de Frankfort, nous ne voyons que lui. Il faut dire que le constructeur l’a bien mis en valeur sur son podium et le bleu électrique, qui lui sied à merveille, accroche bien l’œil du visiteur. Il est clair que ce SUV a bien un look sportif avec sa calandre béante et ses grandes prises d’air à l’avant. Cette impression est renforcée par les jantes de 22 pouces optionnelles, les prises d’air sur les ailes avant et la lunette arrière très inclinée. Les gênes de la marque au félin sont donc bien présents même s’il n’est pas possible de retrouver les rondeurs de la fameuse Type E des années 60 à laquelle les designers de la marque font toujours référence lors de la sortie d’un nouveau modèle.

Une fois à l’intérieur, l’impression de qualité est évidente et en net progrès par rapport aux autre véhicule du catalogue Jaguar. La planche de bord est revêtue de matériaux de qualité et les ajustements sont excellents. L’espace à l’avant est appréciable et les sièges peuvent se régler électriquement dans toutes les directions. A l’arrière l’espace est un peu plus compté pour un véhicule de la catégorie surtout pour la place du centre. Deux adultes pourront quand même voyager confortablement d’autant plus que l’inclinaison du dossier est réglable électriquement en option – assez rare à ce niveau de gamme. Le coffre est quant à lui aussi grand que celui d’un SUV du segment supérieur avec 650 litres.

Coté équipements technologique, nous pouvons dire que le F-Pace est bien doté. En effet le tableau de bord derrière le volant ne dispose plus de classique compteurs mais d’un écran à l’affichage personnalisable à souhait comme le fait Audi sur ses derniers modèles. L’écran central n’est pas simplement tactile, il est effectivement possible de le commander sans contact du bout des doigts jusqu’à une distance de 20cm. A cela Jaguar ajoute des équipements de confort et de sécurité devenus classiques comme la climatisation quadri-zone, les sièges avant et arrière chauffants ou avant climatisés, le régulateur de vitesse actif – c'est-à-dire qu’il régule votre vitesse en fonction de celle de la voiture qui vous précède – les projecteurs full LED... Il faut aussi relever la présence d’une option à 365€ inédite mais un peu gadget : un bracelet commandant l’ouverture des portes. Il vous permet de laisser les clefs à bord et de condamner le véhicule lorsque que vous le portez au bras. Vous n’avez ainsi aucun risque de perdre vos clefs. Pour déverrouiller le F-Pace, il suffit d’effleurer le logo Jaguar sur le hayon.

Jaguar vente aussi l’utilisation d’aluminium – pour 80% de la structure dont 33% recyclé – de magnésium et de matériaux composites. L’économie de poids se traduit aussi par la commercialisation du F-Pace en deux roues motrices et avec une boite manuelle à 6 vitesses. Ainsi équipé avec le 4 cylindres 2L diesel de 180 chevaux, le SUV Jaguar n’émettrait que 129g/km. Le F-Pace est aussi proposé en 4 roues motrices, avec une boite automatique à 8 vitesses signée ZF, deux V6 diesel de 221 et 300 chevaux et deux V6 essence de 3L de 340 et 380 chevaux.

Le Jaguar F-Pace est disponible à la commande des 42 740€ et peut dépasser les 100 000€ bardé d’options avec le V6 de 380 chevaux. Il ne reste plus qu’à effectuer un essais dynamique afin de savoir comment il se situe face à un Porsche Macan très dynamique, et un Mercedes GLC privilégiant de confort et comment il résistera aux futurs Audi Q5 et DS 6.

Cout de coeur et meilleure surprise su salon: le JAGUAR F-PACE
Cout de coeur et meilleure surprise su salon: le JAGUAR F-PACE
Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 14:36
Face avant dotée d'une signature lumineuse proche des DS

Face avant dotée d'une signature lumineuse proche des DS

Profil
Profil

Voici un nouveau venu dans la gamme Renault. Il se nomme Kadjar et remplace le Koleos qui a été un échec total sur notre continent.

Qu’apporte ce nouveau véhicule ? Tout par rapport à son prédécesseur mais rien techniquement.

En effet, le Kadjar a un look beaucoup plus avenant. Si nous lui enlevons ses grosses protections en plastique noir ce nouveau crossover a plus un look de break réhaussé que de vrai SUV. Ainsi son coté baroudeur est bien moins marqué que chez son petit frère le Captur, réel succès commercial puisqu’il est le 3ème véhicule le plus vendu sur le marché français en 2014. D’ailleurs Renault s’empresse de rajouter le l’adjectif « grand frère du Captur » à chaque évocation du nom Kadjar. Si cela pouvait suffire au succès commercial…

Et sous certains angles ce véhicule au losange rappelle furieusement le Nissan Qashqai. Normal diront les défenseurs car les deux véhicules sont basés sur la même plateforme. L’Alliance Renault-Nissan devait-elle pour autant en faire des véhicules si proches ? Non.

Cette ressemblance se retrouve aussi à bord puisque la structure de planche de bord est identique. L’Alliance doit faire attention à ne pas reproduire les erreurs de PSA des années 80 et 90 en commercialisant des véhicules trop proches. La planche de bord du Kadjar est donc semblable à celle du Qashqai. Cela permet d’avoir une meilleure finition que dans le Captur, mais les plastiques, revêtements de sièges et ajustements ne sont pas au niveau standard des constructeurs généralistes concurrents qui progressent continuellement. Renault veut monter en gamme tout en faisant des économies et cela se ressent trop.

A l’arrière l’espace est correct. Il est regrettable que l’astuce de la banquette coulissante du Captur ne soit pas été reprise. Le coffre a quant à lui une bonne contenance avec 472L et la possibilité de former un plancher plat une fois la banquette rabattue. De plus, il est aussi possible de replier le siège avant passager afin de charger de longs objets. Enfin pour le style, nous pouvons noter que Renault s’inspire de DS pour la signature lumineuse avant et le design des jantes.

Coté mécanique, deux motorisations diesel (1.5dCi 110ch associable à la boite auto EDC et 1.6dCi 130ch) et une motorisation essence (12TCe 130ch) seront disponibles cet été. La marque au losange laisser le choix entre une transmission deux roues motrices ou quatre roues motrices enclenchables (traction, auto ou quatre roues motrices).

Finalement, ce nouveau Kadjar ne tranche pas autant en terme de style que son petit frère Captur mais devrait profiter de l’essor du marché des SUV notamment en Chine ou il sera le premier véhicule Renault assemblé dès 2016.

Planche de bord proche de celle du Nissan Qashqai dotée des matériaux de très moyenne qualité

Planche de bord proche de celle du Nissan Qashqai dotée des matériaux de très moyenne qualité

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:31

BMW avait dit jamais de monospace et encore moins de traction avant. Or BMW présente en ce moment au mondial de l’automobile 2014 un nouvelle élément dans sa gamme de BMW Serie 2 Active Tourer qui est ni plus ni moins qu’un monospace compact à traction. BMW perd-il son âme ?

 BMW-Serie-2-Active-Tourer--3-.JPG

Et bien ce nouveau véhicule conserve quelques codes stylistiques de la marque BMW avec un capot long pour un monospace et une silhouette dynamique avec des flancs et des phares avant taillés à la serpe ou encore avec une ceinture de caisse assez haute. Cependant cette Serie 2 Active Tourer cède aussi sur certains points extérieurs à la mode des monospaces notamment avec une large surface vitrée, un capot plongeant et avec les roues rejetées aux quatre coins.

Point de vue dimension, la Serie 2 Active Tourer est dans la moyenne de la catégorie avec 4.342m. de long et 1.80m de large.

 

A l’intérieur nous sentons que le rival désigné est le Mercedes Classe B. En effet la finition est de haut niveau et les matériaux proposés sont de bonne qualité. L’habitabilité n’est pas mauvaise et nous trouvons facilement la bonne position de conduite. Le passager avant de ce BMW Serie 2 Active Tourer  se sentira plus à bord d’une berline que dans un monospace. Cela est dû à la présence d’une imposante console centrale. A l’arrière cette nouvelle BMW, nous notons la présence d’un important tunnel de transmission qui est un gros inconvénient pour un monospace. Il sera donc difficile de voyager confortablement pour le passager central arrière.

BMW-Serie-2-Active-Tourer--5-.JPG

La modularité de ce BMW Serie 2 Active Tourer est quant à elle quelconque. Certes la banquette coulisse mais point de sièges indépendants à l’arrière. De plus, le volume de coffre est mauvais pour un monospace ; il ne totalise que 468L banquette en place contre 550L pour un Citroën C4 Picasso par exemple.

 BMW-Serie-2-Active-Tourer--6-.JPG

Ce BMW Serie 2 Active Tourer devrait rattraper ces défauts sur la route avec des motorisations généreuse allant jusqu’au 231ch. Dans la tradition BMW ce véhicule devrait conserver un confort ferme sur la route.

Les tarifs hors option s’échelonnent de 28 350€ pour le 216d Première à 41 700 pour le 225i Luxuy.

 BMW-Serie-2-Active-Tourer--7-.JPG

Nous l’avons donc compris, ce BMW Serie 2 Active Tourer fait de grosses concessions à la mode des monospace mais reste très loin des références de la catégorie des monospaces compact. En effet en termes de confort ou d’habitabilité le Citroën C4 Picasso est très large en tête. Mais cette BMW propose des motorisations plus puissantes pour les pères de – petite – famille sportifs.

Ainsi si la cible est le Mercedes Classe B, la mission est réussie ; s’il s’agit de produire le parfait monospace compact la copie est à revoir.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 14:09

Nous vous proposons ici un comparatif statique entre la nouvelle Citroën C1 et la nouvelle Renault Twingo. Ce match semble gagné d’avance par cette dernière grâce à sa réputation, mais cela va être plus compliqué.

 Citroen-C1--1-.JPG

Renault-Twingo--8-.JPG

La nouvelle Citroën C1 repose sur les soubassements de la précédente version mais le moteur, la carrosserie et l’habitacle sont inédits. Pour le Twingo, Renault s’est associé au groupe Daimler pour concevoir cette nouvelle génération sur la base de la seconde Smart Fortwo.Citroen-C1--2-.JPG

  Renault Twingo (6)



Renault repose tout sur le souvenir positif laissé par la première génération de Twingo. La nouvelle Renault Twingo a de retrouvé une bonne bouille avec des phares avant ronds et rappelle la R5 Turbo à l’arrière. Cependant elle oublie le coté pratique des versions précédente en abandonnant notamment les sièges arrière coulissants. Certes l’accès aux places arrière est facilité par l’apparition des portes latérales arrière mais l’espace et la visibilité vers l’avant y sont comptés. De plus le volume de coffre et limité avec 225décimètres cubes. Autre grief pour cette Renault Twingo, le moteur est placé à l’arrière du véhicule sous le coffre et à tendance à chauffé le chargement. Attention donc quand vous ferez vos courses de surgelés !

Citroen-C1--4-.JPG

Renault-Twingo--4-.JPG

Dans la Citroën C1 les passagers arrière sont logés à la même enseigne mais les coffre est un peu plus logeable avec 240décimètres cubes. A noter que le seuil de chargement est trop haut pour les deux véhicules.

L’espace disponible à l’avant de le Citroën C1 et de la Renault Twingo est bon.

 

Pour les deux rivales, la qualité des matériaux et la qualité d’assemblage ont progressé et l’équipement de ces deux citadines n’a plus rien à envier aux véhicules de catégorie supérieur dans les finitions haut de gamme. De manière générale, la Citroën C1 est moins coûteuse à l’achat que la Renault Twingo et les options de la Citroën sont moins chères. De plus le moteur 3cylindres de 69ch. de la C1 consomme 5.5L/100km contre 6.1L/100km pour la Twingo 3cylindres de 70chCitroën C1 (3)

Renault-Twingo--7-.JPG

En outre la Citroën C1 et la Renault Twingo sont dans l’air du temps en proposant de multiples élément de personnalisation à faible coût et sont toutes les deux disponible avec un toit ouvrant XL en toile.

 

Nous l’avons compris la nouvelle C1 et la Twingo de nouvelles générations proposent de nombreux éléments pour séduire les citadins avec leur moteur de 69ch et 70ch mais la Citroën C1 prend l’avantage grâce à un coffre un peu plus logeable et à une meilleure maîtrise de notre portefeuille.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 13:39

Voici une nouvelle version de la mini portant le nom de code F56. Elle est cette fois-ci disponible en 3 et 5 portes en attendant les autres versions.

 PA041081.JPG

Nous avons pu procéder à l’essai de la version Cooper S 3portes à l’occasion du mondial de l’auto 2014

.PA041077.JPG

 

Pour Mini tout est nouveau, plateforme, carrosserie, habitacle est moteur. Pour une personne non avertie ces différences ne sautent pas aux yeux. En effet la Mini Cooper S conserve le design qui  fait son succès : roues rejetées au quatre coins, pare-brise vertical et véhicule personnalisable à volonté.

PA041074.JPG

 

Pourtant cette nouvelle Mini 3 portes a grandi, elle affiche 98mm de plus que la précédente Mini. Et cette différence ne se retrouve pas à bord si ce n’est dans le coffre un peu plus logeable qui est désormais dans la moyenne de la catégorie

.PA041075.JPG

Les habitués de la Mini ne seront pas perdus. Les sièges fermes enveloppent toujours bien ; les basculeurs type aviation sont toujours présents sur le tableau de bord. Le GPS et l’ordinateur de bord s’affiche toujours au centre du gros disque centrale entouré de LED dont la couleur varie en du type de conduite adoptée, du régime moteur ou du régla de la climatisation ; mais il ne faut plus y chercher le tachymètre qui est désormais derrière le volant pour gagner en visibilité. De plus la qualité des matériaux et de l’assemblage ont fait un grand bon en avant. C’est là que résident les nouveautés à bord. Pour finir avec l’habitacle il est à noté que l’espace pour les passagers arrière est encore une fois compté et il parait difficile d’y loger confortablement 2 adultes pour un long parcourt.

 PA061096.JPGPA061097.JPG

Venons-en donc au confort de cette Mini Cooper S F56. Avec les suspensions de série, le confort a très nettement progressé surtout à basse vitesse et sur les pavés de la capitale sans que cela ne nuise au comportement ou au touché de route toujours très proche d’un gros kart comme nous aimons le dire. Avec l’amortissement piloté – option à 550€ sur cette Mini Cooper S - en mode sport cela se gâte franchement et pour que le confort devienne correct il faut atteindre une grande vitesse. Cette suspension est donc plus à conseiller aux pilotes roulant sur circuit qui attendront très probablement la prochaine déclinaison de la Mini John Cooper Works.

 

Parlons maintenant du plus intéressant concernant la nouvelle Mini Cooper S à savoir son moteur. Il est totalement nouveau et est à 100% de conception BMW. Il équipera aussi d’autres modèles du groupe. Déception lors de la pression sur le basculeur rouge start. Effectivement ce moteur grésille alors comme un quelconque quatre cylindres. Réjouissance lors des pressions sur l’accélérateur. Le moteur chante alors juste et n’oublie pas les « bloap bloap » au levé de pied. Les acousticiens ont bien travaillé.

Le moteur délivre 192ch à 4700tr/min et 30.6mkg à 1250tr/min avec l’overboost soit le couple de la précédente Mini John Cooper Works. Cela est confirmé par le ressenti lors des relances et par le chronomètre : 100 à 140km/h en 5.6s sur la quatrième rapport. Les autres performances sont aussi de premier ordre pour la catégorie : 0 à 100km/h en 6.7s et 233km/h en vitesse de pointe. Seules les DS 3 Racing et Audi S1 font mieux.

Ces relevés son fait en mode Sport. Il est en effet possible de choisir 3 modes de conduite : Green, Mid et Sport. Sur les deux premiers, il ne se passe rien ; c’est décevant. La gestion privilégie la consommation – 5.4L aux 100km en cycle mixte. En mode sport, les sensations sont exaltantes et nus prenons enfin du plaisir.

La version de la Mini Cooper S que nous avons essayée est dotée de la nouvelle boite de vitesse automatique. Elle est extrêmement douce en toute circonstance bien qu’a simple embrayage et choisit toujours le rapport le plus adapté. Elle n’augmente pas pour autant la consommation selon le constructeur.

 PA061098

Coté budget, cette Mini Cooper S est affichée a 25 000€. Cela parait alors raisonnable pour un véhicule premium de 192ch mais c’est sans compter toutes les options qu’il faut ajouter pou avoir un véhicule correctement équipé. Le tarif augmente ainsi de près de 50%. Le modèle essayé est alors proche des 36 000€.

Notons que certaines options sont des premières pour la catégorie comme l’affichage tête haute complet, le lecteur de panneaux, les projecteurs full LED…

 

 

En résumé, cette nouvelle Mini Cooper S BVA est une bonne surprise. Elle se veut en effet beaucoup plus polyvalente pour 2personnes et fait le sans faute coté feeling.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 18:01

DS expose au salon la nouvelle version de la DS 3 qui s’est offert un coup de jeune cet été.DS 3 Sport Chic (1)

 

Les moins férus de la gamme DS 3 remarqueront la nouvelle signature lumineuse avec des projecteurs avant dotés de la technologie LED et Xénon et de nouveaux indicateurs de direction défilants. Grace à cette technologie, le flux lumineux est puissant, large et homogène pour plus de visibilité et de confort lors des trajets de nuit et la DS 3 consomme moins d’énergie : économie de 35% en feux de croisement et 75% en feux de route. De plus les LED ont une durée de vie 20 fois supérieure à celle d’une lampe halogène.DS 3 Sport Chic (2)DS 3 Sport Chic (4)DS 3 R

 

Ceux qui connaissent un peu plus la gamme DS 3 noteront la présence de nouvelles jantes de 17 pouces et la possibilité de graver au laser les monuments emblématiques de Paris sur la planche de bord sur la vitre latérale arrière.

 

Coté sécurité cette DS 3 est équipée en série sur les niveaux de finition supérieur – SportChic et UltraPrestige – d’un système de freinage d’urgence nommé Active City Brake. Ce système fonctionnant grâce à des capteur laser courte porté placés en haut du pare-brise permettent d’éviter les accrochages en ville en stoppant la voiture lorsqu’elle roule à moins de 30km. Cette technologie est une première sur une voiture française.

 

Enfin la DS 3 se dote de nouvelle motorisation BlueHDi 100 et BlueHDi120 plus performants, moins gourmands en carburant et moins polluants. Il respectent déjà les prochaines normes antipollution les plus strictes à l’aide d’un additif rechargé à chaque révision.

Coté essence le 1.6THP passe à 165ch. et nous notons l’apparition du 1.2PureTech 3cylindres de 110ch. qui pousse le 1.6VTI vers la porte.

Les 1.2PureTech 82, THP202, HDi70 et e-HDi90 restent au programme.

 

Bref, cette DS 3 n’est pas un nouveau modèle mais s’est mis à jour dans l’attente d’une toute nouvelle DS 3 reprenant beaucoup d’éléments au concept Divine DS – lire l’article dédié - en 2017

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 13:42

Ça y est, DS est désormais une marque à part entière. DS est certes toujours dans le giron de PSA mais elle va pouvoir développer ses propres modèles qui ne seront donc plus de simples déclinaisons de véhicules de la gamme Citroën.

 

Et le concept car Divine DS présenté au Mondial de l’Auto de Paris 2014 en est la première illustration. Dans sa conception d’un nouveau modèle les concepteur DS pensent désormais à développer un modèle mondial et Divine DS reprend les codes stylistiques de toutes les prochaines DS qui seront commercialisées dans les cinq années à venir à travers le monde mais Divine DS est le premier concept car de la marque doté d’une silhouette et de dimensions pensées pour le marché européen.DS Divine (4)

 

Divine DS n’annonce pas la future DS 4 mais laisse apparaitre les gênes des prochains modèles de la marque DS. Ils redéfiniront, affirmeront leur identité et devront être les ambassadeurs du luxe à la française dans le monde de l’automobile.DS Divine (3)

Ainsi la face avant de Divine DS sera déclinée sur tous les modèles à venir à commencer en 2017 par les deux remplaçants de la DS 3 – un break de chasse trois portes et un petit cross-over à cinq portes – et sur un SUV concurrent de l’Audi Q5. Nous retrouverons donc sur ces trois voitures un capot qui ne sera plus plongeant mais horizontal, une grande calandre verticale soulignée par trois entrées d’air et des phares à LED et laser sous forme de bandeaux posés sur un jonc chromé provenant de l’encadrement de la calandre. Cette face avant musclée aura pour rôle de donner de la prestance aux véhicules DS et une sensation de solidité.DS Divine (7)

DS Divine (6)L’arrière quant à lui est plus un laboratoire d’idées même si les feux bandeaux encadrés de chrome avec un liseré débordant sur les ailes seront repris sur la prochaine DS 3 trois portes. Il semble ainsi peu probable que les prochains modèles DS soient privés de lunette arrière au profit d’une caméra de recul projetant les images sur un écran remplaçant le rétroviseur central. Ce système permet de remplacer la lunette arrière par des ailettes mobiles permettant tour à tour d’économiser du carburant ou de freiner le véhicule en se relevant à la vertical. Soit dit en passant, ces ailettes évoquent le capot moteur des Lamborghini actuelles.DS Divine (1)

 

L’accès à bord se fait par de spectaculaires portes avant à ouverture en élytre – qui ne seront pas reprisent en série - et des portes arrière à ouverture antagoniste. Nous retrouvons à bord de cette Divine DS quatre sièges baquets recouvert d’un cuir premium modernisant le thème bracelet de montre cher à la marque DS.

Le tableau de bord et la console centrale se veulent très futuristes et seront repris sur les remplaçants des l’actuelle DS 3. Les informations relevant de la conduite sont projetées sur une lame en verre au dessus du volant tandis que les autres informations sont présentes sur un écran tactile prenant la place du rétroviseur central. Cela permet de réduire au minimum le nombre de commandes et d’épurer le style.DS Divine (2)

Notons que trois ambiances sont disponibles et interchangeables en quinze minutes avec des ambiances plus ou moins typées sportives ou luxueuses. DS appelle cela l’hypertypage qui va bien au-delà de la personnalisation à la commande du véhicule en concession.

La finition apparait de très haut niveau sur ce concept cat Divine DS

 

Nous l’aurons compris cette Divine DS n’annonce pas un modèle tel quel mais les orientations que vont prendre les futures modèles de la marque DS avec un bon nombre d’innovations que nous allons très vite retrouver sur les véhicules de série de cette seule marque française premium. DS nous annonce donc un futur alléchant.

Partager cet article
Repost0